Articles

2017
Essai critique sur les travaux de John Hattie pour l’enseignement des mathématiques : une entrée par la didactique des mathématiques
Jérome Proulx, UQAM
Les travaux de John Hattie ont créé un important engouement dans divers milieux, autant dans le monde de la recherche que dans les milieux scolaires et des associations professionnelles. Toutefois, malgré leur ampleur et impact dans le monde de l’enseignement des mathématiques, peu de didacticiens des mathématiques se sont penchés sur ces travaux. Cet essai critique se veut une analyse des travaux de Hattie à partir d’un angle didactique. En plus de clarifier le sens d’un angle didactique, l’analyse fait ressortir des différences marquées et significatives sur les questions d’enseignement et d’apprentissage des mathématiques, autant au niveau de la pratique enseignante que de la recherche elle-même. Ces différences sont scrutées en profondeur et décortiquées, mettant en avant la spécificité de l’angle de la didactique des mathématiques.
      ⇒ Accédez au document

Texte(s) lié(s) :
- Proulx on Hattie: Epistemological read on a pedagogical quest
- Le Visible Learning de John Hattie est-il si visible?

2016
Difficultés en mathématiques : contribution de différentes disciplines et plaidoyer en faveur d’une approche didactique
Virginie Houle et Jacinthe Giroux, Université du Québec à Montréal
Les difficultés en mathématiques sont un objet d’étude pour différentes disciplines. Chacune d’elles aborde cette problématique avec les outils théoriques et méthodologiques que sa position épistémologique commande. Par exemple, la neuropsychologie étudie la localisation des processus déficitaires et s’intéresse ainsi à la dyscalculie. De son côté, la psychologie cognitive étudie le fonctionnement cognitif des apprenants et s’intéresse donc, plus largement, aux difficultés d’apprentissage en mathématiques. Si le système de traitement de l’information est au cœur des préoccupations de ces deux disciplines, la didactique des mathématiques adopte en revanche une approche systémique dans la mesure où elle tient compte à la fois du contexte dans lequel se font les apprentissages et de la spécificité du savoir en jeu dans l’enseignement. Elle s’intéresse ainsi à l’articulation entre l’enseignement et l’apprentissage d’un contenu ciblé. Cet article contraste la contribution de ces trois disciplines à la problématique des difficultés en mathématiques et montre la richesse d’une approche didactique pour fonder l’intervention mathématique auprès d’élèves en difficulté.
      ⇒ Accédez au document

Texte(s) lié(s) :
- Regards sur l’erreur en mathématiques

2015
Règles, obéissance et transgression : L’enjeu de leurs rapports pour l’enseignement des mathématiques
Bernard Sarrazy, Équipe « Anthropologie et diffusion des savoirs », Université de Bordeaux, France
La première partie de l’article sera consacré à un positionnement théorique de la question de la transgression ; elle sera posée comme une réponse attendue (mais non exigible) à l’injonction paradoxale du contrat qui se noue à l’occasion de toute relation didactique : « Voici ce que tu dois savoir, et désormais pense par toi-même en montrant ta capacité à créer des usages nouveaux de ce qu’on t’a enseigné ; autrement dit, agis conformément à ce que je t’ai enseigné mais ne m’obéis pas ! » La transgression sera donc envisagée comme une condition nécessaire à l’apprentissage des mathématiques (distinct de l’usage de techniques, d’algorithmes... de règles) dont les conditions d’existence se situent au croisement de déterminations à la fois didactiques (en référence au « paradoxe de la dévolution » tel que Guy Brousseau l’a défini au sein de la théorie des situations didactiques) et anthropologiques (en référence à l’anthropologie de l’usage de Ludwig Wittgenstein et à son célèbre paradoxe de la règle). La seconde partie montrera à partir de travaux de recherche : a) la pertinence et l’intérêt de cette posture théorique pour mieux comprendre les raisons de certaines difficultés récurrentes des élèves et des enseignants (par exemple « tu sais ta leçon, dit l’enseignant, mais tu ne l’as pas comprise. »), et certaines raisons de l’échec des dispositifs destinés à réguler ces difficultés ; b) et d’autre part, le rôle des « arrière-plans » (au plein sens searlien du concept, 1982), comme les styles d’éducation familiale et les cultures didactiques et pédagogiques des environnements scolaires (liées aux valeurs, croyances, conceptions épistémologiques et pédagogiques des enseignants) pour rendre compte des modalités de construction des différences inter-individuelles des rapports à la transgression, et clarifier ainsi les conditions de possibilité du dépassement du paradoxe initial. En conclusion, l’auteur avancera l’idée d’une « transgression normative » pour décrire ce phénomène de surgissement de ces créations nouvelles (dimension transgressive) attendues par l’enseignant, et vécues par l’élève sur le mode d’une désobéissance mesurée, car fondamentalement en accord avec les « livres de comptes » des mathématiciens (dimension normative). C’est probablement là, dans cette tension entre les contraintes logiques et l’ouverture infinie des possibilités créatives, que se situe l’essence fascinante et singulière de l’activité mathématique.
      ⇒ Accédez au document

Texte(s) lié(s) :
- D’une vision des mathématiques à une vision de l’enseignement des mathématiques : impact sur mon processus de recherche

2015
La notion de scientificité dans le domaine de la didactique des mathématiques: le cas de la Théorie de Situations
Gustavo Barallobres, Université du Québec à Montréal
Une des caractéristiques fondamentales des disciplines qui prétendent élaborer un corpus de savoirs reconnus socialement, parmi elles la didactique de mathématiques, est l’intention de donner un statut «scientifique» aux savoirs produits. Cependant, en quoi consiste ce statut ? Quels sont les critères de scientificité adoptés et comment sont-ils définis ? Quel est le modèle de science implicite ou explicite? Nous proposons une réflexion sur le statut des savoirs produits en didactique des mathématiques, dans le contexte du courant français, en particulier ceux produits par la Théorie de Situations Didactiques (Brousseau, 1998).
      ⇒ Accédez au document

Texte(s) lié(s) :
- Beyond validity criteria in mathematics education research: towards the generativity of a research study